Florence Dréan | Les intolérances alimentaires
19063
post-template-default,single,single-post,postid-19063,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Les intolérances alimentaires

Florence-Drean-specialiste-intolerances-alimentaires-Naturopathe-Saint-Genis-Laval

Qu’est-ce qu’une intolérance alimentaire ?

L’intolérance alimentaire est une réaction individuelle à certains aliments.
Elle apparaît à la suite de l’ingestion récurrente du produit « à risque ». On entend le plus souvent parler d’intolérance au lactose ou au gluten, mais on peut être intolérant à n’importe quel produit.
La plupart du temps, les intolérances alimentaires sont chroniques.
Contrairement aux allergies, dans le cas d’une intolérance, les IgE (une classe d’anticorps détectés dans le sang), n’entrent pas en cause, d’où un diagnostic difficile.

Florence-Drean-Sans-Gluten
Florence-Drean-specialiste-intolerances-alimentaires-Intestin-Naturopathe-Saint-Genis-Laval
Cliquez pour agrandir

Pourquoi devient-on intolérant à un aliment ?

Les intolérances sont liées à une hypersensibilité de l’organisme à un produit.
Le corps ne fabrique pas (ou plus) les enzymes nécessaires à la bonne digestion de l’aliment.
Les problèmes seraient liés à un déséquilibre de l’organisme entraînant une fragilité de la barrière intestinale : une muqueuse de l’intestin grêle trop perméable favoriserait notamment la survenue des intolérances alimentaires.
Pour remonter à la cause initiale de ce déséquilibre, il faut pointer du doigt les toxines qui encrassent le corps, et parmi elles le stress chronique et les chocs émotionnels.

À savoir !

Propos du Dr Dominique Rueff, spécialiste en cancérologie et fervent défenseur, depuis des années, de la prévention et de l’accompagnement nutritionnel et environnemental des maladies :

« Le système immunitaire de l’intestin grêle est le plus important du corps. Il est pourvu de cellules immunitaires sur toute sa longueur (5 à 7 mètres) et sur toute sa surface (environ 200 m² !).
L’intestin grêle est habituellement imperméable. Théoriquement, aucune macromolécule ne peut donc le traverser sans avoir été au préalable décomposée en molécules simples. Cette imperméabilité est réalisée grâce à des jonctions serrées entre les cellules de la muqueuse intestinale. Mais en réalité, cette étanchéité est rarement totale. De faibles quantités de macromolécules arrivent à passer malgré tout. Pourtant on ne décèle pas, normalement, de réponse immunitaire. L’intestin grêle est donc souvent fragilisé.

 

Les coupables ?

Certaines bactéries, des champignons (mycoses) ou parasites, mais aussi la présence de toxiques issus de notre environnement, comme des métaux lourds, des pesticides, des colorants, des agents conservateurs ou d’autres molécules étrangères à l’organisme (xénobiotiques). Par ailleurs, certains traitements au long cours comme les anti-inflammatoires, les antibiotiques ou l’aspirine ne laissent pas indemne cette partie essentielle de notre organisme.

De la même manière, il semble que la présence trop fréquente d’alcool ou de ses dérivés induise, à la longue, une agression. Ces altérations provoquent une modification de la structure des cellules de la paroi intestinale, une aggravation en retour de la dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale) et une diminution de l’étanchéité entre chaque cellule. Certains aliments incomplètement digérés vont alors traverser « illégalement » la paroi. Le système immunitaire ne les reconnaît plus et va réagir de différentes façons ».

Comme mentionné plus haut, le stress chronique et les chocs émotionnels s’ajoutent à la liste des « coupables ».

Florence-Drean-specialiste-intolerances-alimentaires-Les-Bactéries-Naturopathe-Saint-Genis-Laval-01

Comment se manifeste une intolérance alimentaire ?

L’ingestion de certains aliments peut entraîner divers troubles et notamment des troubles digestifs désagréables. Ceux de l’intolérance au lactose sont très courants : ballonnements, diarrhées, douleurs abdominales.

Bien que son mécanisme soit différent, les symptômes d’une maladie cœliaque sont semblables à ceux de l’intolérance au lactose. Mais un état dépressif, une grande fatigue ou même de l’anémie et des douleurs articulaires peuvent aussi être symptomatiques d’une intolérance au gluten.

Des personnes testées négatives aux tests de la maladie cœliaque peuvent malgré tout souffrir de symptômes proches de ceux que donne la maladie après l’ingestion de blé ou de céréales riches en gluten. On parle alors de « sensibilité au gluten non-cœliaque ». Souvent peu prises au sérieux, ces personnes ont pourtant bien “quelque chose”.

Mais, les symptômes d’une intolérance sont souvent banalisés, ce qui la rend difficile à diagnostiquer.

Florence-Drean-specialiste-intolerances-alimentaires-Methode-BBA-Naturopathe-Saint-Genis-Laval-point-d-interrogation-visage

Peut-on traiter ces intolérances alimentaires ?
Et si oui, comment ?

En général, la forte réduction de l’aliment « à risque » diminue nettement les manifestations désagréables liées à son ingestion. Par exemple, les personnes sensibles à l’excès de gluten devront en réduire les apports. Or, dans l’alimentation actuelle, ce n’est pas chose facile, puisque le gluten est contenu dans de nombreuses céréales : blé, avoine, seigle, orge, épeautre, petit-épeautre (en moindre quantité) et kamut. Et dans notre alimentation, le blé est partout : dans les farines, le pain, les pâtes, les pizzas ou les biscuits, mais aussi caché en sirop de blé dans des plats préparés…

Sa suppression totale n’est souvent pas nécessaire (contrairement aux allergies).

Mais, lors de symptômes importants, la suppression provisoire de l’aliment peut être envisagée, avec une réintroduction progressive après plusieurs semaines.

En parallèle, il faut revoir son hygiène de vie, éliminer au maximum les toxines et s’occuper des intestins sur deux plans :

  • Avec des compléments alimentaires (comme la L-Glutamine) qui vont aider à resserrer les jonctions serrées de la muqueuse de l’intestin grêle, afin de rétablir une bonne barrière immunitaire.
  • Puis à l’aide de probiotiques (ou de symbiotiques) pour réensemencer le microbiote intestinal avec de bonnes bactéries.

Et surtout travailler en amont :

La méthode BBA (Bye Bye Allergies),
un outil pour traiter la cause de l’intolérance :

La méthode BBA (Bye Bye Allergies) que je pratique à mon cabinet de naturopathie est un outil de traitement énergétique très efficace pour lutter notamment contre les intolérances et les allergies. Après traitement, la personne pourra être de nouveau en contact avec l’aliment qui la dérangeait, sans avoir les effets néfastes qu’elle subissait auparavant.
En effet, en reprogrammant les communications dans l’organisme, la méthode BBA booste le terrain et l’immunité de la personne, augmente sa vitalité et son énergie, ce qui lui confère de meilleures capacités d’auto-guérison.
Chez la personne allergique ou intolérante, le cerveau a perçu et enregistré cette substance comme une menace pour son organisme. Il mobilise alors le système immunitaire contre cette « invasion » et se désorganise dans cette chasse à l’intrus.
La méthode BBA va donc rectifier le déséquilibre des énergies (cause de la pathologie), et surtout corriger cette perception erronée du cerveau.
Il apparaît en effet que le stress, les agressions et traumatismes divers que nous vivons sont à l’origine d’erreurs de « communication interne » ou de bugs qui perturbent le métabolisme et sont la source, entre autres, d’allergies et intolérances.
La méthode BBA va permettre cette correction : par le biais des méridiens d’énergie et de la mémoire de l’eau (environ 80% de notre masse corporelle), elle reprogramme l’organisme pour lui redonner durablement les moyens de gérer harmonieusement ces substances qui le mettaient préalablement en échec, un peu comme un « reset » en informatique.

Cette action énergétique de Bye Bye Allergies s’appuie entre autres sur les travaux des professeurs Benveniste, Emoto, Montagnier, etc.
Après le traitement, l’incompatibilité et le « bug » des énergies ont complètement disparu et il n’y aura plus de traces d’allergie, de sensibilité ou d’intolérance lors d’un nouveau contact avec la substance.
La méthode BBA s’attaque à la cause de l’intolérance et pas simplement aux symptômes qui en résultent.
Cette reprogrammation a un impact positif indiscutable sur de très nombreux troubles et pathologies, bien au-delà du seul domaine des allergies et des intolérances.
Toutefois, nous rappelons que Bye Bye Allergies est une méthode exclusivement énergétique : elle travaille sur un plan différent de celui de la médecine. Elle ne s’oppose pas, ne se substitue pas et ne vous dispense en aucun cas d’un suivi médical.

Florence-Drean-specialiste-intolerances-alimentaires-Methode-BBA-Naturopathe-Saint-Genis-Laval

Pour en savoir plus sur cette méthode, je vous invite à consulter mon site :
https://www.florencedrean.fr/bba-traitement-des-allergies

Florence-Drean-Naturopathe-Craponne-Logo Bye Bye Allergies
Cliquez sur l'image pour découvrir la méthode BBA.
Vous avez aimé cet article ? Vous avez le droit de le partager.