Florence Dréan | Les bienfaits du Bol d’Air Jaquier®contre la pollution
338
post-template-default,single,single-post,postid-338,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,paspartu_enabled,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Les bienfaits du Bol d’Air Jaquier®contre la pollution

Le fond de l’air effraie…

Pour vivre, un être humain inhale entre 10 000 et 15 000 litres d’air par jour.

Mais la qualité de l’air n’est pas la même partout. Dans une ville industrielle, l’air peut contenir plus de 3 millions de particules par cm3 et « seulement » quelques milliers au-dessus de l’océan ou en montagne. Contrairement à toute attente, la vallée de Chamonix est l’un des lieux les plus pollués de France en raison de son trafic via le tunnel du Mont-Blanc. Les taux de pollution de l’air trouvés dans la Beauce n’ont également rien à envier à ceux du périphérique parisien.

Plus les particules sont fines, plus elles sont dangereuses.

Qu’elles soient minérales, métalliques ou chimiques, ces particules sont qualifiées de fines lorsqu’elles sont inférieures à 2,5 µm (micromètres). En dessous de 0,1 µm, elles deviennent ultrafines et alors là, non seulement elles pénètrent au fond des alvéoles pulmonaires et provoquent des lésions des bronches et des bronchioles, mais elles sont capables de franchir la barrière alvéolo-pulmonaire et de diffuser dans le sang, particulièrement en direction du cerveau. Il en résulte une inflammation systémique qui contribue à la progression de l’athérosclérose puis des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. Quant aux nanoparticules, leur plus grande finesse les font se comporter comme des gaz, ce qui n’est pas de bonne augure !

L’intelligence des plantes

Non seulement les plantes s’adaptent mieux que nous aux changements de notre environnement gazeux, mais elles concoctent en permanence de nouvelles solutions pour rétablir les conditions de la vie. Elles inventent des systèmes précis de synthèses biologiques pour éliminer chaque polluant, purifier l’air, le sol et contrôler l’humidité de l’atmosphère.

Certaines molécules aromatiques peuvent même réagir avec l’ozone. C’est le cas des pinèdes qui se comportent comme des nettoyeurs de l’air, capables de capturer et neutraliser des substances nocives.

C’est ainsi que le Bol d’Air Jacquier® s’est inspiré de la forêt des Landes

Le Bol d’Air Jacquier® utilise de l’huile essentielle de résine de pin (issu les landes françaises ou portugaises), riche en alpha-pinènes et en beta-pinènes, molécules aromatiques dont les effets bénéfiques sont parfaitement identifiés : antiseptiques, bactéricides, amélioration des taux de saturation de l’oxyhémoglobine et de la pression partielle artérielle en oxygène, amélioration du rendement des systèmes d’oxydo-réductions et de la diffusion tissulaire en oxygène, action décongestionnante sur les muqueuses de l’arbre respiratoire, action anti-inflammatoire…

En sortie du Bol d’Air Jacquier®, ces molécules aromatiques gagnent une propriété supplémentaire : elles deviennent capables de s’associer à l’hémoglobine pour mieux transporter et délivrer l’oxygène vers la cellule. La présence d’oxygène au niveau cellulaire est ainsi facilitée et les défenses anti-radicalaires naturellement augmentées. L’oxygénation est normale malgré la pollution.

bol-jaquier

Texte repris à partir de la Newsletter de mai 2014 d’Holiste.

Je reste à votre disposition si vous souhaitez faire des séances de Bol d’Air Jaquier® à mon cabinet de naturopathie ou si vous envisagez la location ou l’achat de l’appareil.

Florence Dréan
Naturopathe – Réflexologue plantaire
Certifiée BBA (Allergies/Intolérances)
Membre de l’OMNES

Tél : 06 12 06 33 87
71 av. Général de Gaulle
69230 St Genis-Laval
naturopathie@florencedrean.fr
site : https://www.florencedrean.fr

Vous avez aimé cet article ? Vous avez le droit de le partager.